Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
mercredi 5 octobre 2011 - par Bernard JUNOD

Investigation de l’épidémie apparente de cancer du sein en France

Dépistage et évolution de l’incidence dans des cohortes de naissance

Deux écoles d’épidémiologie contribuent à la connaissance des maladies en population. L’une, académique, applique des définitions de maladies établies a priori pour décrire leur fréquence et opérer des comparaisons afin d’identifier les facteurs explicatifs. L’autre, plus pragmatique , fut notamment développée sous l’impulsion d’Alexander Langmuir, précurseur de l’ Epidemic Intelligence Service aux Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis : elle privilégie les moyens de décrire la survenue d’une épidémie en commençant par vérifier que l’augmentation de la concentration des personnes atteintes de la maladie dans le temps et dans l’espace est réelle. Si l’épidémie est vraie, il s’agit alors d’explorer les facteurs de risque modifiables pour résoudre le problème par une intervention appropriée.

Classiquement, le cancer considéré comme maladie chronique définie selon des critères histologiques ne se prête pas à l’investigation d’un phénomène épidémique. Mais à cause de l’interventionnisme médical consécutif à la promotion du dépistage, on assiste aujourd’hui à une augmentation considérable de la fréquence des diagnostics de cancer du sein en France. Le titre de l’article précise le type d’approche pragmatique de cette recherche : l’investigation d’une épidémie, en vérifiant la nature des problèmes de santé en cause.

La conclusion de l’investigation apparaît d’emblée : l’épidémie est dite apparente, ce qui signifie que la fréquence de la vraie maladie cancéreuse du sein n’a pas évolué significativement en France. La technique d’observation est aussi précisée dans le titre : les populations de femmes d’un âge donné à une certaine période du calendrier constituent des cohortes de naissance qui seront suivies dans le temps. Cette approche permet d’évaluer la fréquence des diagnostics dans des populations comparables exposées à des activités de dépistage contrastées : relativement peu intenses de 1980 à 1990 et relativement plus intenses de 1995 à 2005.

Cette prise de recul au sein même de la discipline épidémiologique permet la quantification du défaut de définition de la maladie cancéreuse par l’histologie dans un contexte de dépistage. Le clinicien ne peut procéder de la sorte dans le cadre de son activité auprès des malades. Ce sont seulement des comparaisons entre populations qui apportent la réponse à la question de la validité de l’examen diagnostique de référence : l’histologie.

Cet article qui réunit des auteurs d’Europe [1] et des États-Unis [2] ouvre le débat sur la pertinence des critères actuels appliqués lors d’une biopsie ponctuelle pour définir le cancer. De ce fait, il remet en question le bien-fondé du dépistage.

Cliquez sur un des fichiers ci dessous pour accéder à l’intégralité de cet article dans sa version anglaise originale et dans une adaptation française.

PDF - 294 ko
Adaptation française
PDF - 202.6 ko
English version

[1Bernard Junod, Per-Henrik Zahl (Institut norvégien de santé publique, Oslo, Norvège)

[2Robert M Kaplan (Université de Californie Los Angeles (UCLA), Ecoles de santé publique et de médecine, Los Angeles, USA), Jørn Olsen (Département d’épidémiologie, École de santé publique, UCLA, Los Angeles, USA), SanderGreenland (Département de Statistique et département d’épidémiologie, École de santé publique, Facultés de lettres and de science, UCLA, Los Angeles, USA)

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • mardi 11 octobre 2011 - par pr mangemanche Repondre

    Investigation de l’épidémie apparente de cancer du sein en France

    Evidemment, le développement du raisonnement est un peu moins glamour que des slogans forcément réducteurs du type " Octobre rose", et les courbes comparées de mortalité et incidence du cancer du sein au cours du temps demandent plus de temps en explications que les injonctions morales et/ou émotionnelles au dépistage....
    Pour autant, merci de livrer aux professionnels de santé et aux patients intéressés des arguments qui permettent justement de s’extraire de l’émotion, de la peur et de revenir au rationnel...

  • mardi 18 octobre 2011 - par P. BABEL Repondre

    Investigation de l’épidémie apparente de cancer du sein en France

    Avant 1999 le taux de cancer du sein au japon chez la femme était superposable a celui de l’homme. (Taux très faible)
    Les Japonaises vivants à l’étranger "occidentalisées, présentait un même taux de cancer que les populations féminines caucasiennes.
    jusqu’en 1999 la contraception hormonale n’était pas autorisée au japon. Elle a été introduite à cette date.
    allons nous voir exploser le cancer du sein au Japon ? si c’est le cas ce ne sera pas la faute à la centrale de fukushima mais peut-être à la contraception orale qui mettent à égalité les Japonaises expatriées avec leurs consoeurs caucasiennes.