Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Actualités
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
vendredi 21 mars 2014 - par Formindep

Il y a dix ans déjà ...

L’appel du Formindep

Le combat continue

Le collectif Formindep était créé il y a tout juste dix ans à l’initiative de Philippe FOUCRAS. L’appel du Formindep du 21 mars 2004 constitue le texte et l’action fondateurs du collectif puis de l’association.
Les exigences de la transparence et de l’indépendance de la formation et de l’information novatrices en France en 2004 restent malheureusement pleinement d’actualité.

Le texte de cet appel, restitué ci dessous, fut le tout premier article publié sur ce site.


L’appel du Formindep
Le document fondateur du collectif
du 21 mars 2004

Les premières réactions consécutives à l’installation le 26 janvier dernier [1] par le ministre de la santé des Conseils Nationaux de la Formation Médicale Continue chargés d’établir les critères de la nouvelle FMC obligatoire, - mais non sanctionnante, cherchez l’erreur - peuvent d’ores et déjà donner des motifs d’inquiétude.

D’emblée, l’appel à « ne pas oublier l’industrie pharmaceutique, qui sponsorise d’innombrables réunions d’information plus ou moins informelles » [2] est lancé dans la presse médicale.

Depuis le ministre lui-même pour qui « il n’y a pas de bons ou de mauvais moyens de FMC. Tous les moyens concourent à la FMC. » [3], jusqu’au président du Conseil des médecins libéraux, Bernard Ortolan, pour qui « tout ce qui contribue à la FMC est bienvenu » [4], en passant par un membre non identifié de ces Conseils nationaux qui précise d’ores et déjà selon quels « critères de rigueur et d’indépendance » va fonctionner la nouvelle FMC : « pas de produits cités, uniquement les noms de molécules, et des locaux séparés entre formation proprement dite et promotion commerciale des sponsors » [2]. Et Bernard Ortolan de rappeler les objectifs du décret du 14 novembre 2003 instaurant ces Conseils : « transparence des financements, engagement relatif à l’absence de toute promotion en faveur d’un produit de santé et à l’utilisation de la dénomination commune des médicaments. » [4] [5].

Ainsi pourra être agréée par exemple, avec tous les « critères de rigueur et d’indépendance » requis, une soirée de FMC sur la « dysfonction érectile », - concept par ailleurs ô combien peu promotionnel ! - où ne sera prononcé bien sûr que le nom de la molécule mais où, dans la pièce à côté, la firme pourra étaler tous les échantillons et prospectus vantant son produit. De qui se moque-t-on ?

Puis s’exprime Philippe Bonet, membre du Conseil des médecins libéraux en tant que président de l’Unaformec, qui « regrette que l’on n’ait pas laissé assez de place aux associations de terrain. » [6], associations dont on sait, pour la plupart, la totale indépendance dont elles bénéficient vis-à-vis de l’industrie pour leur financement voire pour le choix des thèmes de formation [7].
Celui-ci, devant l’inquiétude récurrente de la presse médicale sur la question du financement de cette nouvelle FMC se veut rassurant en rappelant, entre autres, la place de l’industrie pharmaceutique.

Bien sûr, quelques aigris, malheureux éliminés de la sélection ministérielle (sur quels « critères de transparence et d’indépendance » déjà ?), se font entendre, telle Isabelle de Beco, présidente de la SFTG, qui réclame que « dans un secteur aussi sensible que celui de la santé, ce conseil soit désireux et capable de donner les moyens aux médecins de se former, à distance de toute pression financière de l’industrie pharmaceutique » [8].

Mais que les généreux donateurs inquiets de leur avenir [9] se rassurent. Ce ne sont pas quelques trublions opportunément écartés de ces conseils qui les empêcheront de continuer à permettre à la majorité du corps médical français de continuer à se « former » à moindres frais avec tous les « critères de rigueur et d’indépendance » nécessaires. Nul doute que ces Conseils nationaux n’empêcheront pas ces désintéressés partenaires de continuer à « renforcer leurs relations avec les médecins » par « une action spécifique en direction de la FMC » [10] ou à chercher à « gommer le fossé entre laboratoires et médecins » [11] par des actions de soi-disant FMC.

Devant ce constat, l’appel renouvelé à une formation médicale indépendante et libérée, garantie fondamentale d’une qualité des soins au service des seuls patients, pourrait sembler vain voire surréaliste.

Pourtant nous persistons à lancer de nouveau cet appel, redisant plus que jamais « non merci... » à des compromissions et hypocrisies qui, tout en portant atteinte à l’éthique et à la dignité des professionnels ainsi qu’à la qualité des soins, prennent le risque de décrédibiliser les travaux de ces conseils avant même leur commencement.

De nouveau une occasion importante risque d’être manquée pour avancer véritablement vers cette indépendance tant attendue par les professionnels, les patients, la société.

Pour ne pas rater le coche de la confiance vis-à-vis des professionnels et des patients, nous demandons que chacun des membres de ces Conseils déclare personnellement et publiquement les conflits d’intérêt qui le lient à des structures susceptibles d’interférer dans ses choix et décisions au sein de ces conseils.
Dans nombre de pays développés, ces déclarations préliminaires dès l’instauration de tels organismes sont la moindre des choses.
Au lieu de cela, en France, les premières déclarations semblent faites pour rassurer les firmes.

Et si, pour une fois, on essayait vraiment d’avancer ?

Après de nombreuses années d’efforts, une vraie culture d’indépendance et de qualité commence enfin à se développer chez les professionnels de santé français. La « nouvelle » FMC saura-t-elle prendre ce train en marche ou choisira-t-elle de rester engluée dans ces archaïsmes et ces collaborations douteuses ?

Mesdames et Messieurs les Conseillers, à vous la parole. Il n’est pas encore trop tard.

Signé : Le collectif FORMINDEP

[1J.O n° 26 du 31 janvier 2004, page 2251 - Arrêté du 26 janvier 2004 portant nomination aux conseils nationaux de la formation médicale continue prévus aux articles L. 4133-3 et L. 6155-2 du code de la santé publique NOR : SANP0420311A

[2Réquillart H. ; Plaidoyer pour une FMC incitative - Qui financera les 300 millions de la FMC ? ; Impact Médecine, n° 68, 27 février 2004, page 35.

[3Leduc P., Poindron P.-Y. ; Jean-François Mattei : « Ce que j’attends de la formation médicale continue » - Concours Médical, 25 février 2004, n° 07.

[4Benaderette S. ; Entretien avec Bernard Ortolan - « tout ce qui contribue à la FMC est bienvenu » ; Panorama du Médecin, n° 4923, 26 février 2004, page 15.

[6Gattuso C. ; La nouvelle FMC « Un système souple et évolutif » explique le Dr Bonet ; Quotidien du Médecin, 10 février 2004.

[7Foucras P. ; Histoire en cinq actes ; la Revue Prescrire ; 2002 ; n° 224, pages 72-73.

[8Gattuso C. ; Formation médicale continue - La SFTG critique la composition du Conseil national des libéraux ; Quotidien du Médecin, 25 février 2004.

[9de Saint-Roman H. ; L’inquiétude du président du Leem Pierre Le Sourd : l’industrie du médicament sur la défensive ; Quotidien du Médecin, 5 Mars 2004.

[10de Saint-Roman H. ; Industrie pharmaceutique - GlaxoSmithKline souhaite renforcer ses relations avec les médecins ; Quotidien du Médecin, 17 février 2004.

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.