Fermer

Faire un don

Rappel des status de l'association FORMINDEP

Article 8 - Ressources

Le conseil d’administration, en cas de doute, s’assure que l’origine des dons, avantages ou subventions proposés à l’association ne contreviennent pas aux objectifs de l’association précisés dans l’article 2 des présents statuts.

Les ressources de l’association comprennent :

Le Formindep étant une association reconnue d’intérêt général, faire un don génère l'envoi par courriel d'un reçu fiscal permettant une réduction d'impôt.


l'association Formindep

S'abonner à notre lettre d'information

Espace Adhérents

Actualités

Actualités

illustration d'actualités

Santé, le trésor menacé

Les éditions L’Atalante publient à la fin du mois de janvier, le dernier ouvrage d’Antoine Vial : Santé, le trésor menacé. Nous l’avons lu.

Actualités

illustration d'actualités

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

Paul Scheffer, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis Lien vers le site dédié FACS.FORMINDEP.ORG C’est une première en France. Les facultés de (...)

La transparence est une course de fond- Loi "sunshine" : quatre ans et toujours pas appliquée

Illustration Le 21 janvier 2016, le Conseil Constitutionnel jugeait l’article 178 de la loi « modernisation de notre système de santé » conforme à la Constitution. La transparence des contrats des personnels de santé avec les industries de santé serait-elle enfin acquise ? Retour sur 4 années de tergiversations, 4 années d’obstruction des firmes, des élus, du gouvernement, et (...)

Dépistage organisé du cancer du sein

Un dépistage inadapté au génie évolutif de la maladie, condamné à l’inefficacité.- Démystifier le diagnostic précoce par la mammographie

Illustration Le cancer du sein est un modèle pour la cancérologie classique. Il siège dans un organe externe, facile d’accès, non vital, susceptible de chirurgie radicale. Le diagnostic peut être fait pour de petites tumeurs à peine palpables et quelquefois, grâce à l’imagerie, pour des lésions millimétriques infra cliniques. Ainsi, tous les ingrédients semblent réunis pour faire du (...)

Vous êtes ici

Accueil> Médiathèque
Imprimer Flux RSS A+ A- Voir les commentaires
samedi 8 décembre 2012 - par Philippe NICOT

Prostate le grand sacrifice… 

de Christophe DESPORTES

L’histoire est simple, évidente, captivante.

A deux heures du matin l’interpellation d’une épouse à propos de l’impuissance de son mari fait basculer la vie du Docteur Christophe Desportes. Le mari est un homme mutilé au plus profond de son intimité après un dépistage alors qu’il ne se plaignait de rien. C’est le déclic d’une colère. Colère que le Docteur Desportes exprime publiquement dans « Le monde ». L’aventure profondément humaine de ce médecin est en route.

Son premier objectif : comprendre. Il s’immerge dans un stage de formation. Là, l’urologue y délivre son expertise : « Il est trop tard pour faire machine arrière, le dépistage, c’est parti. » Trop tard. Trop tard… La sentence résonne. Trop tard ? Trop tard pour qui ? Sur la base de quelles raisons scientifiques ? Christophe Desportes a compris que quelque chose clochait. En 2005 déjà, ce médecin généraliste breton dans la Revue du praticien s’était vu répondre par le Professeur Cormier « On y va en attendant que la preuve de l’utilité arrive ». Cette affirmation appelle des questions. Peut-on mettre en oeuvre une intervention médicale sans preuve de son bénéfice ? La médecine devrait-elle être fondée sur des croyances plutôt que sur des preuves ?

Le problème est là : entre le message de l’Association Française d’Urologie pour laquelle il faut le faire parce que ses urologues en sont convaincus, et celui de la Haute Autorité de Santé pour laquelle il n’y a pas de justification scientifique de ce dépistage. Pour démêler ce monde tissé de recommandations contradictoires, Christophe Desportes enfile des faits quotidiens qui se comprennent par des données scientifiques expliquées simplement. Les malades rencontrés le sont devenus à la suite du dépistage. Avant, ils étaient bien portants et avaient toutes les raisons de le rester. Mais l’annonce de taux élevé de PSA va conduire à la fois à la réalisation de biopsie, examen qui comporte des risques y compris celui d’en mourir. Dans 70% des cas ces biopsies infirmeront le diagnostic. Mais après la réalisation de cet examen le patient est exposé à un surdiagnostic dans une proportion qui selon l’Institut National du Cancer varie de 27% à 84%. Le surdiagnostic c’est le diagnostic d’un "faux cancer" : des cellules cancéreuses qui n’évolueront pas vers la maladie. De plus, sacrifice suprême, une fois traités, 50 à 80% des patients deviennent impuissants et incontinents.

La réalité que Christophe Desportes a sous les yeux est bien plus parlante que les statistiques des études relatées dans nos revues scientifiques austères. Pourtant ces études sont essentielles. Pour nous faire mieux comprendre ce que ces patients vivent, l’auteur nous les explique d’ailleurs simplement. Un exercice que chaque médecin devrait faire avant de prescrire des PSA. Dans son enquête notre collègue va découvrir comment l’achat d’un robot américain destiné à aider les urologues à faire moins de dégâts dans leurs interventions, aboutit finalement à fabriquer une génération de malades qui sinon seraient restés des bien-portants. Une machine chère pour opérer= des malades à recruter=une impasse de santé publique. Mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi les médecins généralistes prescrivent ces fameux PSA, ni pourquoi leurs patients les demandent.

Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler le reste de ce livre qui m’a personnellement touché. Je mesure en le lisant, le courage dont il va falloir que je fasse encore preuve dans mes prescriptions, dans mes explications, et ce quotidiennement. A chacun d’entre nous de balayer devant notre porte, tous les matins !

Une évidence, il faudra bien que nous sortions de cette impasse. Pour cela, acheter, lire, et conseiller « Prostate, le grand sacrifice » est une véritable action de santé publique.

Post Scriptum :

Prostate le grand sacrifice… de Christophe DESPORTES
- Broché : 160 pages
- Editeur : Editions Pascal (28 septembre 2012)
- Collection : Tapage
- Langue : Français
- ISBN-10 : 2350191087
- ISBN-13 : 978-2350191089

Commentaires répondre à cet article

AVERTISSEMENT : les commentaires postés en réponse aux articles n'engagent pas le Formindep et sont publiés sous la seule responsabilité de leurs auteurs.

Le forum bénéficie d'une modération a priori. Les commentaires anonymes ou identifiés par un pseudo, ou ne respectant pas les règles légales ou de bienséance ne seront pas publiés.

  • samedi 26 octobre 2013 - par MGFRANC Repondre

    Prostate le grand sacrifice… 

    Depuis que j’ai totalement arrêté de dépister des cancer de prostate, il y a maintenant 5 ans, et que mon dernier patient en est mort il y a 3 ans, je n’ai plus un seul cas de cancer de prostate. Personne sous traitement hormonal aux effets secondaires dévastateurs, sous chimioT, radioT, plus d’incontinents post-op...
    Mais qu’elle n’est pas cette surprise de voir des confrères radiologues auto-prescrire des écho de prostate, des cardiologues l’inclure dans le bilan cholestérol, bientôt les ophtalmo vont s’y mettre, voir les gynécologue ???
    Que d’économie j’ai réalisé ! bien mal récompensées, car de temps passé à expliquer aux patients l’inutilité de ce dépistage. Mais je ne perd pas courage car une prise de conscience s’est opéré dans le public devenu méfiant à l’égard des médecin. Et c’est tant mieux, car cette confiance aveugle était une tentation d’exercer un pouvoir médical ; tellement facile d’être un terroriste, ce que sont devenu beaucoup de médecins en toute bonne-mauvaise foi.